1 I s LAND s

21 avril 2020

>>> Version française à la suite >>>

 

I s LAND s

(Amritapuri Ashram, India, April 21st of 2020)

 

« We are not separate islands, we are inter-connected and inter-dependent beings. » Amma’s Satsang

Covid. First lockdown. I’m in my tiny space. The wave of « All Online » imposes itself… up to the Butoh field.

This improvisation expresses my desire to save the direct relationship between the artist and the spectator, the master and the student, the Passing-body and the Receiving-heart. Here is an invitation to contemplate and to stay centered. To not give up facing lack, pressure and fear. To reject the announced death of Performing Arts and the dehumanization of Sharing. Yes, I’m dancing to defend the right to authentic experience. To dance and to be danced. To touch and to be touched. No art of mouvement (and specially Butoh) can touch the Soul without the real and in-situ presence of the sharer and the receiver.

Video making © Nathalie Vin De VØgel
Video capture © Anaïs Carmen Bourquin


Open letter The Butoh as ICU: Here
Associated researches: SHAKTI Féminin sacréAYURVEDANCE L’éloge de la Lenteur, GAYA SEVA Art engagé,

 

>>> Version française >>>

 

I s LAND s

(Ashram d’Amritapuri, Inde, 21 avril 2020)

 

« Nous ne sommes pas des îles séparées, nous sommes des êtres inter-reliés et inter-dépendants. » Satsang d’Amma

Covid. Premier confinement. Je suis dans ma cellule. La vague du « tout en ligne » s’impose… jusque dans le milieu du Butô.

Cette improvisation exprime mon désir de sauvegarder une relation directe entre l’artiste et le spectateur, le maître et l’élève, le corps-passeur et le coeur-auditeur. J’y invite à la contemplation et au recentrage. Eviter de céder devant le manque, la pression et la peur. Refuser la mort annoncée des Arts Vivants et la déshumanisation de la Transmission. Oui, je danse pour défendre le droit à l’experience véritable. Danser et être dansé. Toucher et être touché. Aucun art du mouvement (et a fortiori le Butô) ne saurait toucher l’Être sans la présence réelle et in-situ de celui qui partage et de celui qui reçoit.

Montage © Nathalie Vin De VØgel
Captation © Anaïs Carmen Bourquin

Regarder la vidéo : Ici
Lettre ouverte Le Butô comme ICU : Ici
Recherches associées : SHAKTI Féminin sacréAYURVEDANCE L’éloge de la Lenteur, GAYA SEVA Art engagé,

 

1 I s LAND s | Anais Bourquin

1 I s LAND s | Anais Bourquin

1 I s LAND s | Anais Bourquin

1 I s LAND s | Anais Bourquin

1 I s LAND s | Anais Bourquin

2 Sapta Swara sur les routes du Soi »